Le Sénégalo-Mauritanien Papi est un artiste et entrepreneur multicartes, à la fois plasticien, styliste et même créateur de contenus.

À 30 ans, Papi fascine autant qu’il inspire. Installé à Dakar depuis 2013, ce Sénégalo-Mauritanien natif de Bamako est diplômé de l’Académie militaire de New York et des Beaux-Arts du Connecticut. Connu comme artiste peintre et directeur artistique, il s’illustre aussi en tant que sculpteur, dessinateur, créateur de mode, photographe et chef d’entreprise – entre autres activités faisant la part belle à la création visuelle, tant organique que digitale.

« Je suis un artiste tout court », répond d’emblée le jeune homme qui, comme nombre de ses pairs, refuse d’être mis en boîte(s). Il tempère : « Disons que je suis un artiste très attaché à tout ce qui est visuel. Pour moi, il ne s’agit pas d’une profession mais d’une façon de fonctionner. »

À LIRE La foire d’art contemporain 1-54 en ligne… Et pourquoi pas ?

Ce qui réussit largement à ce créateur indépendant à qui moult galeries, tant sur le continent qu’ailleurs sur la planète, font les yeux doux. Il compte déjà une belle brochette de collectionneurs attachés à ses œuvres, parmi lesquels le roi du Maroc, Mohammed VI. « Je n’aime pas forcément en parler. Ce n’était pas une information destinée à être divulguée. Mais c’est sans doute une façon pour les autres de me situer. »

Sculptures et prêt-à-porter

Outre ses toiles à l’huile ou à l’aquarelle, aux couleurs très souvent froides mêlées à l’or et à la terre – avec l’humain au cœur –, ses sculptures et ses créations digitales, Papi est depuis cinq ans à la tête de la marque de prêt-à-porter mixte Mwami, qui comprend une demi-douzaine de collections, sans compter les capsules – confectionnées au Sénégal, sauf une en Côte d’Ivoire –, disponibles en ligne avant l’ouverture d’une boutique physique.

« La création de Mwami a été comme une suite logique au monde que je me suis créé. Le produit textile fait partie du quotidien. J’ai voulu faire rimer mon énergie, mon essence, avec un certain art de vivre. L’idée était d’imaginer des vêtements capables d’habiller diverses identités. »

Tags :


Commentaire