• Mokobé rend hommage aux victimes de Livs Night-Club

    Auteur : Boubacar Camara | janvier 25, 2022 | 182 views

Au moins 17 personnes ont perdu la vie dans un incendie dans une boite de nuit huppée de Yaoundé, dans la nuit de samedi à dimanche. Une situation qui a mis le pays dans l’émoi, au milieu de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Le rappeur franco-malien Mokobé Traoré s’est rendu sur sa page Facebook, pour rendre hommage aux victimes et présenter ses condoléances.

Alors que le pays célèbre le football africain sur ses terres depuis le 9 janvier dernier, le Cameroun a été frappé par une tragédie, dans la nuit de samedi à dimanche. Au moins 17 personnes ont perdu la vie dans un incendie dans une boîte de nuit huppée de Yaoundé, Livs Night-Club. Le rappeur franco-malien Mokobé Traoré a ainsi rendu un hommage aux victimes. « Dans la nuit de samedi à dimanche, nous étions pour la plupart focalisés sur le combat Ngannou / Gane, mais au même moment à Yaoundé, au Cameroun, plus de 17 morts dans une boite de nuit huppée de Yaoundé. Cependant, le nombre de morts pourrait être beaucoup plus important malheureusement », a écrit Mokobé.

« Un incendie au Livs Night-Club de Yaoundé aux environs de 2 heures du matin. Au moins 17 morts enregistrés à 9 heures du matin, plusieurs blessés conduits aux urgences de l’hôpital central de Yaoundé. Parmi les sept blessés actuels, cinq sont dans un état critique. J’aimerai rendre hommage aux victimes et toutes mes condoléances les plus attristées aux familles et au peuple camerounais, c’est terrible. Qu’ils reposent en paix. Une forte pensée aux blessés en espérant qu’ils s’en sortiront, que Dieu vous protège », a-t-il ajouté.

Les internautes se sont aussi joints à Mokobé, pour des prières aux victimes de cet incendie, dont on ignore encore les circonstances. « Seigneur aide tes enfants. Que les âmes des disparus reposent en paix. Une pensée pieuse aux rescapés », a souhaité Gustave Mupoyi Lubemba. « Merci Mokobé. C’est vraiment triste. Beaucoup de courage aux familles des victimes plus particulièrement à ma fille Audrey Ebongue. Je ne sais plus comment te consoler ma fille », a aussi commenté Rachou Bichou Guilefeng.

« Serait-ce un incendie criminel ? Sinon rien n’explique le nombre de décès dans cet incendie et de surcroît dans un night-club qui est censé avoir plusieurs issues de secours et des extincteurs dans tous les coins », se demande Ishaq Obi.

Source: Afrik


Commentaire