L’attaquant portugais Cristiano Ronaldo était en colère il y a quelques jours, après que son but dans les ultimes secondes a été refusé par Danny Makkiele. Le capitaine portugais n’avait pas trouvé d’autre moyen de manifester son mécontentement que de jeter son brassard. Un geste qui a beaucoup fait parler, mais qui va permettre de récolter environ 2,5 millions d’euros (1,6 milliard FCFA), afin de soigner un bébé de 6 mois très gravement malade.

« Rien n’est hasard, car le hasard s’explique », diront les philosophes. Le brassard jeté à terre par Cristiano Ronaldo va connaître un destin hors du commun, puisqu’il va sauver une vie. Rien de bien surprenant de la part du clutch-player lusitanien. Ce qui est un plus surprenant en revanche, c’est que ce dernier jette son brassard de capitaine au sol avec dégoût de ne pas avoir vu son but accordé pour un tir qui avait clairement franchi la ligne, ce n’était pas l’avis de l’arbitre du match, laissant le Portugal avec un point au lieu des trois convoités.

Le brassard jeté par CR7
Le brassard jeté par CR7

Cependant, le moment d’indignation de la superstar portugaise pourrait finir par sauver une vie, étant donné que le brassard a été récupéré et est maintenant utilisé pour collecter des fonds pour un enfant malade en Serbie. Un employé du stade a en effet ramassé le brassard sur le sol et l’a donné à une organisation pour enfants, qui cherchait des fonds pour un enfant serbe atteint d’amyotrophie spinale, nom donné à un groupe de maladies héréditaires caractérisées par une faiblesse et une atrophie des muscles. Cette pathologie se transmet de manière autosomique récessive.

Le bébé de 6 mois, a besoin de 2,5 millions d’euros (1,6 milliard FCFA) pour son traitement et son opération, et l’association caritative pour enfants a mis le bracelet aux enchères. Le journal serbe Telegraf a rapporté que, dans les premières heures de sa mise aux enchères, il était déjà devenu un record national en termes de valeur en ce qui concerne l’équipement sportif et il semble qu’atteindre le chiffre nécessaire ne sera pas un problème.

Pour rappel, l’arbitre de ce match comptant pour les qualifications pour la Coupe du monde, le Néerlandais Danny Makkiele, a présenté ses excuses au sélectionneur portugais, Fernando Santos, et à ses joueurs, pour le fameux but refusé contre la Serbie (2-2, 90’+4). Mais, il n’a jamais su que cette décision allait engendrer un tel geste humanitaire. Comme quoi, le malheur des uns, fait le bonheur des autres.

Source: Afrik


Commentaire