Kandia Kouyaté, née en 1959 à Kita, au Mali, est une jalimusoo malienne (une griotte) et une joueuse de kora. Elle fait partie des ngara, titres donnés aux grands chanteurs, et est quelquefois appelée La dangereuse.

Kandia Kouyaté appartient à la très célèbre famille des griots Kouyaté, descendant de Bala Fasséké Kouyaté , le premier griot du Mandingue.
Kita Kan est une expression Malinké qui veut dire la Voix de Kita. En réalité, Kandia Kouyaté est beaucoup plus que ça, c’est l’une des plus grandes chanteuses du Mali, révélée dans toute l’Afrique de l’ouest.
Dès son jeune âge, elle est déjà une légende vivante. Elle est originaire de la ville de Kita, à l’Ouest du mali, d’où  viennent beaucoup de musiciens, tels que Jelimady Tounkara (guitariste) ou Toumani Diabaté.

Son père qui était un brillant joueur de balafon et se souciant de l’avenir de sa fille l’envoya à  l’école des missionnaires catholiques ou elle arrivera jusqu’à la 8eme année de scolarité. Brillante élève en mathématiques et en français elle forgera, parallèlement à l’école, ses talents de JELIMUSO  (griotte) en apprenant les techniques de sa mère et de son oncle. La maladie de son père l’oblige  à  abandonner l’école et à se consacrer, dès son jeune âge à  la musique afin de supporter sa famille. Elle ira à  Bamako rejoindre l’un des plus populaires groupes APOLLOS des Années’70 dirigé à l’époque, par son oncle Mady Sylla Kouyaté.

A l’âge de 18 ans elle épouse un JELI  (griot) originaire de Kayes. Kayes, très belle ville située au nord-ouest du Mali, deviendra sa nouvelle patrie. Mais Kayes a sa propre musique dont les airs sont différents de ceux de Kita; la musique KASSONKE. Par chance, sa belle-mère lui enseigne plusieurs chansons et l’initie aux secrets de JELIYA.

Les années’80 verront la naissance d’une génération de JELIMUSO à laquelle Kandia  Kouyaté fera partie, tout comme Tata Bambo Kouyaté et Ami Koita. Elle enregistre sa première  cassette a Abidjan accompagnée par les meilleurs musiciens qu’elle avait recrutés à  Kita. A son retour de la Côte d’Ivoire, en 1983, elle s’installe à  Bamako ou elle est  découverte par le riche commerçant de Ségou, Amary Daou qui relancera sa carrière. Elle sort la même année « Amary Daou Présente  Kandia Kouyaté ». Des mélodies dansantes de son Kita natal ou la richesse des textes rime avec la maturité  de sa voix. Cette voix haute et grave qui fait vibrer le Mandé  dans le cœur de chacun des  fans! Cette voix qui la classe dans la même catégorie que les reines du Gospel américain Mahaliya Jackson et Aretha Franklin. Cette voix fait sa particularité parmi les Jalimuso du Mali.

En 1986 Kandia crée un nouveau groupe musical dans lequel faisaient partis le virtuose joueur de « KORA » Toumani Diabaté et le brillant guitariste Bouba Sacko. Le groupe fera une tournée à travers le Gabon. On lui donne à l’époque le surnom de « n’gara » qui veut dire maître dans l’art de chanter, un titre convoité par de nombreux chanteurs maliens. L’homme d’affaires malien  et milliardaire Babani Sissoko sera envouté par la magie de la voix de Kandia
et comblera le groupe de précieux cadeaux. Il offrira à Kandia une nouvelle voiture et un petit avion privé.

En 1987, par gratitude, Kandia enregistre dans les studios de la Radio Mali sa 3eme cassette « PROJET DABIA » qui reçut le même succès que les deux précédentes. La même année  elle participe au Festival « Music of  Royal Courts » organisé par la Télévision  BBC à Londres.

De 1988 a 1994 elle et son ensemble (maintenant Ballake Sissoko au kora et Modibo Diabaté a la guitare électrique) feront une tournée  mondiale intitulée « AFRICA OYE » qui les amènera en Australie, aux Etats-Unis et à Hong Kong. Et enregistre  sa quatrième cassette « Sa kunu sa » en 1994.

En 1996, le chanteur Guinéen Sékouba Bambino qui est son grand fan l’invite a chanter avec lui un duo dans son CD « KASSA ». Du résultat naquît  la célèbre chanson « DIOMAYA », alternance de cordes vocales et de cordes de guitare et de kora. A son tour, dans son tout premier CD « KITA KAN » Kandia Kouyate invite Sekouba Bambino pour un deuxième duo. Ils célèbrent ensemble, dans la chanson FOLILALU, l’unité des JALI du Mandé .
Dans la chanson MANDENKALOU, elle révolutionne la musique mandingue. La chanson HOMMAGE qu’elle dédie a la mémoire d’Amary Daou et a tous les artistes disparus clôture cette grande Saga mandingue!

Kandia Kouyaté subit un accident vasculaire cérébral à la fin de 2004. Elle ne revient enregistrer que onze ans plus tard, en 2015


Commentaire