• Coronavirus : le ralentissement de la vaccination en Afrique menace la vie de dizaines de milliers d’enfants

    Auteur : admin | juin 10, 2020 | 96 views

Le Soudan du Sud a réussi à terminer sa campagne de vaccination de masse avant l’arrivée de la pandémie de Covid-19. Ici, à Juba, le 4 février 2020. Samir Bol / REUTERS

Chaque décès du Covid-19 évité grâce à l’arrêt des campagnes de vaccination en Afrique pourrait entraîner, en moyenne, 139 morts évitables. Des dizaines de milliers d’enfants dans le monde, et sur ce continent plus qu’ailleurs, sont en sursis faute d’avoir été vaccinés. C’est ce qu’anticipe une modélisation de la London School of Hygiene and Tropical Medicine réalisée courant mai et discutée à l’occasion d’échanges avec les chercheurs de l’institution britannique durant la Journée mondiale de l’enfant africain, mardi 16 juin.

A l’heure où l’Afrique a passé, ce même jour, le cap des 250 000 contaminations au nouveau coronavirus et enregistré près de 7 000 décès, la vaccination de millions d’enfants contre plusieurs maladies infantiles accuse un retard qui pourrait être fatal à beaucoup d’entre eux à brève échéance.

Rougeole, rubéole, diphtérie, tétanos, pneumocoques, coqueluche, fièvre jaune, bien d’autres virus que le SARS-CoV-2 circulent, qui tuent encore chaque année 1,5 million de personnes dans le monde malgré l’existence de vaccins. Le continent africain, lui, comptait encore près de 8,5 millions d’enfants sous-vaccinés en 2018, selon l’Alliance du vaccin Gavi.

En quelques semaines, la pandémie de coronavirus a accéléré ce retard et mis en péril deux décennies de progrès spectaculaires en termes de vaccinations. La mise à l’arrêt de plus de la moitié de l’humanité, au plus fort de la crise, a en effet sérieusement hypothéqué les campagnes de masse et fortement perturbé la vaccination de routine qui s’effectue au long cours dans des centres de santé communautaires, les écoles ou les hôpitaux.

Maintenir la vaccination de routine

Mi-avril déjà l’Initiative contre la rougeole et la rubéole – qui regroupe les grands acteurs mondiaux tels que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Unicef – alertait l’opinion mondiale : 117 millions d’enfants, dont plus des deux tiers ont moins d’un an, risquaient de ne pas être vaccinés contre la rougeole en raison de l’interruption des grandes opérations de vaccination préventive dans 37 pays, et ce afin d’enrayer la propagation du virus responsable du Covid-19. Un « chiffre vertigineux qui ne prend pas en compte le nombre de nourrissons risquant de ne pas être vaccinés dans les centres qui assurent la vaccination » de routineprécisait le communiqué.

En Afrique, 21 millions d’enfants de moins de 5 ans dans six pays devaient bénéficier, entre février et avril, d’une prévention de masse ou de riposte à une épidémie en cours. Si le Soudan du Sud, la Centrafrique et la République démocratique du Congo (RDC) ont réussi à mener leur campagne malgré l’insécurité et les difficultés, le Tchad, lui, n’a réussi la sienne que partiellement, tandis que le Nigeria et l’Ethiopie, les deux poids lourds démographiques du continent, ont dû reporter la leur.

Tags :


Commentaire